Après Sea France, Calais tente de prendre la vague du numérique